Sciure : particules de bois issue du sciage du bois massif.

Les sciures dites « humides » sont produites au cours des coupes effectuées sur la matière première (généralement du bois frais). On identifie les sciures « propres », aspirées directement au-dessus des machines, et les sciures « sales », récupérées à même le sol et souvent mélangées à des corps étrangers et à des écorces. Leur granulométrie (0,5 à 1 mm en moyenne) varie selon l’essence du bois et le type de scie utilisée.

Les sciures aspirées directement sur les machines sont souvent plus sèches car elles sont pulvérisées sur le tas par le ventilateur. Les sciures propres sont valorisées dans la fabrication des panneaux de particules (surtout pour les résineux), en litière animale ou pour l’énergie (éventuellement après compactage).

Les sciures sont de plus en plus recherchées pour la fabrication de granulés : des tensions apparaissent sur le marché, les prix montent et on observe dans certaines zones des pénuries pour certaines unités de granulation ou usines de panneaux.

Ecorces : partie superficielle et protectrice de l’arbre.

L’écorce est riche en liège et tanins. La proportion d’écorce par rapport au volume d’une grume sur écorce varie selon le diamètre des arbres et l’essence. D’une façon générale, plus les bois sont gros, moins la proportion d’écorce est importante. Selon leur granulométrie et le matériel utilisé, on distingue : 

  • les écorces longues et filandreuses (peuplier, châtaignier…),
  • les écorces issues d’écorceuses à disque (longs copeaux de 20 cm, étroits et enroulés sur eux-mêmes),
  • les écorces issues d’écorceuses à rotor annulaire ou à fraise (morceaux plus ou moins longs et réguliers).

Les écorces ont pour caractéristique de se gorger d’eau facilement. Leur humidité varie selon les essences, les conditions atmosphériques et le mode de stockage.